Les entreprises face à la crise économique

Des solutions déjà mises en place pour parer à la crise économique

« Nous n’ajouterons pas aux difficultés sanitaires la peur de la faillite pour les entrepreneurs, avait assuré le président Emmanuel Macron, dans son allocution. Tout sera mis en œuvre pour protéger nos entreprises quoi qu’il en coûte. » (lire la suite)

Depuis plusieurs semaines, la France connait une des plus importantes crises sanitaire de son pays. Face à cela, c’est toute la population qui doit être solidaire. Les consignes de confinement données par le gouvernement doivent être respectées.

Que faire en temps de crise

Une crise n’est jamais une période confortable pour une entreprise. Les incertitudes qui bercent l’avenir les rendent vulnérables. Certaines d’entre elles attendent que la tempête passe. D’autres entreprises tentent quant à elles de gérer au mieux la situation en adoptant une nouvelle stratégie face à ces circonstances exceptionnelles.

Les entreprise doivent alors mettre en place certaines mesures pour faire face à cette situation. Voici quelques exemples : 

Proposition du chômage partiel

L’entreprise peut même l’imposer. Le chômage partiel protège l’entreprise et le salarié lors d’une baisse d’activité. Ce recourt permet de ne pas rompre le contrat de travail. L’entreprise doit verser aux salariés des indemnités « d’activité partielle » correspondant à 70 % du salaire horaire brut calculées sur le nombre d’heures où ils ne travaillent pas. Il y a donc une perte financière pour le salarié. Emmanuel Macron a alors annoncé qu’au vu de la situation exceptionnelle que la France traverse, l’Etat prendra en charge l’indemnisation des salariés contraints à rester chez eux. D’après le gouvernement, 3.600 entreprises ont déjà recours au chômage partiel, pour un total de 60.000 salariés.

Prise de congé payés

Les entreprises peuvent demander aux salariés de prendre leurs congés payés. Mais les salariés peuvent refuser. « Juridiquement, on ne peut pas imposer des congés à une échéance aussi brève. L’employeur peut éventuellement décaler des dates de congés qui auraient déjà été posées en respectant un préavis minimum [un mois] » explique Laetitia Ternisien, avocate spécialiste en droit social.

Exercer son droit de retrait

Si vous êtes véritablement exposé, ou si votre employeur ne se conforme pas aux règles nécessaires à votre protection, vous pouvez légalement appliquer votre droit de retrait en cas d’épidémie. La loi précise qu’aucune sanction ni aucune retenue de salaire ne pourra être prise à l’encontre d’un travailleur qui aura eu recourt à son droit de retrait en évoquant d’un motif raisonnable. « Il n’appartient ni à un ministre ni au président de la république d’apprécier si un salarié est en situation de droit de retrait », affirme l’avocat Eric Rocheblave. « Ce n’est pas à un syndicat de le dire non plus, c’est au juge prud’homal de trancher en cas de contentieux » 

En mettant en place toutes ces mesures, les entreprises tentent tant bien que mal de faire face à l’épidémie de Covid-19 qui va bouleverser  durablement leur activité. 

Cette période difficile n’est , bien évidemment , que temporaire ! Prospactive reste , plus que jamais , présente pour accompagner les TPE -PME pendant cette phase difficile mais également pour préparer la sortie de crise et mettre en place les actions appropriées pour relancer leur activité.