Cadres vs baisse des allocations chômage : Considérez votre avenir autrement

Le gouvernement a présenté le 18 juin 2019 sa nouvelle réforme de l’assurance chômage concernant les cadres. Jusqu’à présent, les cadres bénéficiaient d’un niveau d’allocation constant sur toute leur période d’indemnisation.

LES CHOSES CHANGENT !

Avec la réforme à venir, ceux qui touchaient plus de 4 500 euros bruts par mois avant de s’inscrire chez Pôle emploi verront leurs indemnisations diminuer jusqu’à 30% à partir du 7ème mois, avec un plancher fixé à 2.261 euros nets d’indemnisation par mois… de quoi bousculer le train de vie de près de 80 000 cadres. [Source l’express]

Cette mesure ne devrait pas toucher les chômeurs de plus 57 ans ni les actifs dont l’indemnité est inférieure à 2 261 euros net par mois.

Pourtant, rappelons que les cadres sont l’un des meilleurs contributeurs de l’assurance chômage. [Leurs cotisations représentent 42% du total alors qu’ils ne perçoivent que 15% des allocations – CFE-CGC].

Alors qu’est ce qui explique que le gouvernement « veuille les punir » ?

Alors que le retour à l’emploi des cadres est en progression depuis 5 années consécutives, [le taux de cadres sans emploi s’élèverait ainsi à 3,8%], le gouvernement s’attarde alors à comprendre le comportement des cadres en recherche d’emploi.

Soulignons, malgré tout, que nous sommes encore l’un des pays, qui offrons le plus d’indemnités chômages aux demandeurs d’emploi (vs l’Espagne, l’Allemagne, la Belgique ou encore la Suisse ; qui eux ont déjà opté depuis longtemps pour la dégressivité des allocations chômage).

 

100 000 demandeurs d’emploi en recherche depuis plus d’un an

Pourquoi ?

L’Etat estime pourtant que ces cadres, pourvus de diplômes et d’expérience sont ceux qui ont capacité à retrouver un job plus rapidement que les autres.

Pourtant, ces cadres ne sont pas à plaindre, dira-t-on. Ils ont un rythme de vie, qui ne les contraint pas, en soi, à retrouver rapidement un poste. Ils sont assurés de toucher leurs allocations chômages maximales pendant 2 années, voire 3 années pour les plus de 52 ans.

« Etant souvent au contact de cadres demandeurs d’emploi, nous constatons qu’ils ne prennent pas cette période comme une période de néant, sur laquelle ils vont « profiter » de leur allocations chômage ; mais plutôt comme une période de « réflexion » sur le sens qu’ils donneront à leur futur projet professionnel » – Anaïs, chargée de développement, FL DIFFUSION. « Néanmoins, cette période est malheureusement souvent néfaste pour eux, car elle les éloigne du marché du travail. C’est également souvent une période où beaucoup de projets émergent sans ambitions réelles et qui leur font perdre encore plus de temps (reprise d’entreprise ou formation ou création ou plusieurs recrutements en attente…etc.). Nous aidons justement les cadres commerciaux à s’aligner professionnellement et à créer leur propre job en se servant de ce ‘coussin de sécurité’ pour rebondir. »

Dans un univers où le marché du travail est en pleine mutation, où il devient difficile pour un cadre de retrouver sa place dans le milieu salarial, il est temps que les cadres considèrent leur avenir autrement.

Être acteur de sa carrière

Beaucoup l’ignorent, et pourtant, le gouvernement met en place de plus de plus en plus de mesures favorables à l’entrepreneuriat (are, dispositif acre, dispositif nacre, indemnités chômages pour les entrepreneurs en rebonds…).

Sous l’effet de la mondialisation et du numérique, les entreprises sont en pleine transformation.
Sans oublier, les TPE et PME qui peinent toujours à se développer, faute de moyens et de temps.
Pour autant, le marché du travail se transforme, laissant place à l’externalisation des compétences de chacun qui facilite le développement des entreprises.

Finalement, pour valoriser ses compétences et s’offrir un cadre de vie à la hauteur de ses ambitions, la solution réside dans le passage à l’acte : Celui de créer son propre JOB !!!!

Ça vous intéresse ? C’est par ICI