Rebondir après un échec quand on est chef d’entreprise

« C’est dur d’échouer, mais c’est pire de n’avoir jamais essayé de réussir » Théodore Roosevelt.  En France, c’est environ 60 000 entreprises qui disparaissent et près de 50% d’entre elles qui ne passent pas le cap des cinq années d’existence. Néanmoins, l’échec est loin d’être une fatalité.

« L’entrepreneur doit avoir à l’esprit que l’échec est une possibilité, pas une fatalité » comme le précise Guillaume Mulliez, président de 60000 rebonds, une association qui accompagne les dirigeants en post-liquidation à se réinsérer sur le marché (lire l’article)

Rappelez-vous de ces entrepreneurs à succès qui ont un jour échoué : 

Henry Ford : un premier échec d’entreprise l’a ruiné 5 ans avant d’avoir fondé Ford Motors Company. « Echouer, c’est avoir la possibilité de recommencer de manière plus intelligente. » Henri Ford

Soichiro Honda : un chômage longue durée et un refus d’embauche chez Toyota. « Beaucoup rêvent de succès. A mon sens, le succès ne peut être atteint qu’après une succession d’échecs et d’introspections. En fait, le succès représente 1% de votre travail qui comporte lui, 99% de ce qu’on peut appeler échec. » Soichiro Honda

Akio Morita : L’entreprise SONY – De ses débuts dans la production d’autocuiseurs au repositionnement de l’entreprise. Du flop au top !
« N’ayez pas peur de faire une erreur. Mais faites en sorte de ne pas faire la même erreur deux fois. » Akio Morita

… et bien d’autres… Walt Disney, Thomas EDISON, Opra WINFREY, Steve Jobs, Bill Gates….

Comprendre les raisons de votre échec.

La première chose à faire est de connaître les raisons de votre échec. Pourquoi ? Pour ne pas refaire l’erreur deux fois.  Ces raisons peuvent être nombreuses:  difficultés relationnelles, problèmes de recrutement, problèmes liés à vos propres compétences (gestion, négociation…). 

Profitez de cette opportunité pour tirer un enseignement de vos erreurs. En plus de cela vous pourrez apprendre à mieux vous connaître, ce qui est une aide précieuse pour être performant. Considérez l’échec comme un essai.

Modifiez ce qui doit l’être

Mais avant de passer à l’action vous devez procéder de manière méthodique. Pourquoi ? Parce qu’un premier échec peut laisser penser que vous vous y êtes mal pris la première fois. En modifiant tous les éléments qui n’ont pas fonctionné la première fois, vous ne prendrez pas le risque de voir les mauvais souvenirs resurgir. Si cette autocritique est faite correctement, vous n’aurez pas de grandes difficultés à vous relancer.

Vous devez également modifier votre rapport à l’insuccès. En effet, quand on a subi un revers, la peur de voir les déceptions se répéter peut prendre le dessus. Elle peut vous enlever l’envie de vous réinvestir dans le travail.  Comment surmonter cette peur ? Ayez confiance en vous. Vous devez chasser vos amertumes et réfléchir différemment.

Faites vous accompagner

En France, l’échec est souvent perçu comme une faiblesse ou une incompétence professionnelle. Cette image négative peut mettre le chef d’entreprise dans une situation difficile à vivre. L’accompagnement d’un expert vous sera d’une aide précieuse. Grace à son regard extérieur il vous aidera à voir plus clair suite à cet échec. Ce n’est pas parce que vous avez échoué que vous ne pouvez pas réussir à l’avenir !

Enfin n’oubliez pas: après une chute de cheval, il faut se remettre en selle !