[Loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel]: les 7 points clés

Les compétences des actifs sont le coeur de l’économie du pays, ainsi, il est important de s’adapter aux transformations de l’emploi, c’est pour cela que le gouvernement a mis en place la loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel. Quels sont donc les points clés de cette loi ? 

1. Nouvelle application CPF

Une nouvelle application CPF sera mise en place à l’automne 2019 et donnera un accès simple et égal à tous les actifs. Chaque actif pourra faire rapidement et simplement un comparatif des formations afin de trouver celle qui correspondra le plus à leur demande. Ils pourront également s’inscrire et payer en ligne.

2. Une formation accessible à tous

50% des métiers sont amenés à évoluer dans les 10 prochaines années. Dans le même temps, les entreprises souffrent de plus en plus de la difficulté à recruter. Les employés des TPE-PME ont difficilement accès à la formation comparés aux cadres et salariés des grandes entreprises. Pour que chacun ai accès à la formation, la loi propose un accès à l’apprentissage jusqu’à 30 ans, le CPF représentera un actif disponible de 500€ par an et 800€ pour les moins qualifiés. Les salariés à mi-temps disposeront du même actif que les salariés à temps plein pour la formation et les personnes en situation de handicap auront un abondement de leur CPF.

3. Un accompagnement dans la reconversion professionnelle

64% des français souhaitent se reconvertir professionnellement et 69% chez le moins de 30 ans. Ainsi, un dispositif de reconversion ou de promotion par l’alternance permettra aux salariés, tout en gardant leur emploi et leur rémunération, d’accéder à une formation qualifiante. Le CPF de transition permettra de bénéficier d’un congé de transition pendant une période de changement professionnel ou de formation. Les droits au chômage seront ouverts à tous les démissionnaires qui ont un projet professionnel. La loi prévoit également l’ouverture de davantage de places en apprentissage.

4. Une aide aux jeunes apprentis

500€ d’aides seront versés aux jeunes apprentis pour leur permis de conduire. Le salaire des moins de 20 ans se verra augmenté de 30€ par mois. 15000 jeunes apprentis auront accès à un programme Erasmus d’ici la rentrée 2022. Le nombre d’écoles proposant l’alternance va doubler d’ici 2022.

5. De nouveaux droits pour les salariés démissionnaires

La mobilité professionnelle est une opportunité pour chaque actif. Le risque de perte de salaire est souvent un blocage pour bon nombre d’entre eux. Ainsi, la loi prévoit le droit au chômage pour les personnes démissionnaires qui auront un projet de création d’entreprise ou de reconversion professionnelle. Les indépendants quant à eux bénéficieront d’un filet de sécurité de 800€ par mois pendant 6 mois.

6. L’égalité hommes-femmes

Les entreprises auront 3 ans pour remédier aux inégalités salariales entre hommes et femmes qui perdurent encore. Les salaires sont encore 9% inférieurs en moyenne pour les femmes, à responsabilité et charge de travail égales. De plus, un délégué du personnel sera désigné dans chaque entreprise pour lutter contre les violences sexistes et sexuelles.

7. Faciliter l’emploi aux salariés en situation de handicap

Avez seulement 3,4% des salariés en situation de handicap dans les entreprises et 1,2% des apprentis, notre société n’est pas assez inclusive. Le périmètre de l’obligation d’emploi sera désormais apprécié au niveau de l’entreprise ce qui permettra d’ouvrir 100 000 emplois aux personnes en situation de handicap. Les créations d’emplois dans les entreprises adaptées passeront de 40 000 à 80 000 d’ici 2022. Chaque CFA aura un référent handicap et percevra une aide supplémentaire pour chaque apprenti en situation de handicap. Les enseignements et les postes de travail seront ainsi adaptés.