cybercriminalité

Cybercriminalité, quels impacts pour ma « petite entreprise » ?

Cybercriminalité, cyberdélinquance, e-criminalité… des mots que l’on entend partout sans trop s’y attarder… Et pourtant, ne devrait-on pas s’y intéresser de plus près ? Et oui, la cybercriminalité ne vise pas que le grand public !

Mais alors,  vous PME, êtes-vous au point et SURTOUT bien protégé contre la cybercriminalité ?
Petit tour d’horizon pour y répondre :

Avant-tout, qu’est ce que la cybercriminalité ?

La cybercriminalité, c’est une forme de délinquance passant du domaine physique au virtuel. La cybercriminalité peut s’inscrire sous plusieurs formes, elle peut être de l’ordre du racisme, de la pornographie ou de l’antisémitisme. Mais elle peut également s’associer à du vol de données ou à de la contrefaçon. Ces pratiques s’articulent via les outils informatiques qui en sont là, la cible.

Contre qui ?

Les attaques les plus importantes touchent principalement les grands groupes, dans des buts stratégiques ou bien de destruction. L’Etat mais aussi toutes les grandes institutions sont également les cibles de nombreuses cyberattaques de masse. Cependant, les TPE-PME ne sont pas à négliger. En effet, elles en sont les premières victimes. En France, on estime que les entreprises subissent près de 121 incidents de cybersécurité par jour. Les dégâts causés sur l’activité des entreprises les plus vulnérables peuvent être fatals.

 

même si très peu d’études mettent en exergue les chiffres les concernant. En effet, les délinquants du web ne visent pas uniquement à générer de gros impacts mais ils cherchent aussi à toucher les plus faibles en matière de protection. Ainsi, on observe que très peu de petites et moyennes entreprises sont informées sur le sujet et surtout en sont protégées.

Bien souvent, les dirigeants de TPE-PME n’ont pas conscience de ce que représente leur savoir-faire. Ils ont tendance à juger de leur poids économique uniquement par leur chiffre d’affaire ou par la taille de leur structure. D’autre part, les dirigeants de ces petites entreprises s’estiment trop peu digitalisés pour susciter un intérêt. La petite part des dirigeants qui se préoccupe de l’aspect digital ne se focalise bien souvent que sur l’aspect juridique (dépôt de brevet par exemple). En somme, ils ne s’attardent que peu à l’arme que représente les outils informatiques pour porter atteinte à ces biens (publicité mensongère, espionnage etc…).

A l’échelle des TPE-PME, comment déjouer ces attaques malveillantes ?
Voici quelques bonnes pratiques.

Sensibiliser les dirigeants.

Pour les dirigeants de TPE-PME, il est important de s’informer sur les risques encourus face à la cybercriminalité. Un dirigeant averti sera un dirigeant beaucoup plus sur ses gardes et qui sensibilisera davantage ses collaborateurs.

Être attentifs aux mots de passe.

Choisir un mot de passe ne se fait pas si simplement. Un mot de passe se choisi de manière réfléchie, n’utilisez jamais de mots de passe prédéfinis, ni de suites de chiffres comme des dates de naissance ou suites logiques. Pensez également à changer vos mots de passe régulièrement. Vous pouvez étudier en amont, entre collaborateurs, une règle judicieuse pour les fixer.  Il est également primordial de ne jamais les enregistrer sur des appareils externes à l’entreprise.

Sauvegarder régulièrement les données de l’entreprise.

Les données d’une entreprise sont la matière première de son activité.
>>> Pensez donc à effectuer régulièrement des sauvegardes de l’ensemble de vos données afin d’anticiper une possible cyberattaque et de limiter les risques d’une perte totale de ces données.

Être prudent lors de l’ouverture des emails.

Malgré la quantité importante de mail que l’on reçoit chaque jour, il ne faut pas négliger le temps passer à les ouvrir de manière intelligente. N’ouvrez jamais d’emails provenant d’adresses inconnues et suspicieuses. Ne téléchargez jamais de pièce jointe inhabituelle et effectuez une analyse antivirus si possible dans les cas suspects. De même lorsque vous téléchargez un logiciel, faites-le systématiquement sur les sites officiels et ne téléchargez jamais de logiciels complémentaires.

Autres articles:
La place de l’intelligence artificielle (IA) en France
TPE-PME êtes-vous assez présentes sur la toile ?